Reconnaître un mauvais complément

Les compléments alimentaires répondent actuellement au phénomène de mode. Ils ont la cote un peu partout à travers le monde et on sait actuellement qu’en France, 1 français sur 4 en consomme régulièrement. Le marché des compléments alimentaires est de ce fait, un marché colossal qui ne cesse de croitre et son expansion est telle qu’il fait la proie des arnaqueurs et des assoiffés d’argent facile.

Le choix des compléments alimentaires est rendu difficile grâce à la présence d’une très grande variété de marques, de produits, et de compositions. En outre, les écarts de prix sont tels que forcément, les consommateurs se perdent facilement, et sont facilement victimes de produits de contrefaçons et de produits frauduleux. Il n’est pas rare en effet dans la réalité de voir des témoignages concernant l’inefficacité voire les effets dangereux de certains compléments alimentaires écoulés sur le marché.

Parmi ces milliers de compléments alimentaires disponibles un peu partout, comment faire le tri ? Comment reconnaitre le bon produit du mauvais ?

Connaitre ce qu’est un complément alimentaire 

 

Avant d’identifier les bons produits des mauvais, focalisons-nous un peu sur ce que sont les compléments alimentaires et sur leurs rôles et leurs effets. Les compléments alimentaires sont des aliments que l’on prend en petite quantité, en plus de l’alimentation conventionnelle. On en fait usage pour bénéficier de certains effets sur la santé et le bien-être et pour prévenir certaines carences. Un complément alimentaire peut être, une plante, un extrait de plante, un minéral, une substance naturelle isolée ou un mélange étudié de ces différents ingrédients.

 

Les effets attendus des compléments alimentaires

 

Les effets que l’on attend d’un complément alimentaire sont nombreux et diversifiés.

D’une part, on les consomme pour remédier aux carences occasionnées par l’alimentation. Généralement et logiquement, l’alimentation quotidienne doit apporter ce qu’on appelle les AJR ou Apports Journaliers Recommandés, en termes de macronutriments c’est-à-dire de lipides, de glucides et de protides, mais aussi en termes de micronutriments c’est-à-dire de minéraux, d’oligo-éléments. Mais la mauvaise alimentation, l’appauvrissement des aliments, les effets du stress et de l’environnement ont pour principal effet de priver l’organisme de ses besoins. Les compléments alimentaires sont ainsi créer pour pallier à cette carence.

D’autre part, les compléments alimentaires ont également pour effet de régler les troubles mineurs du métabolisme, notamment les troubles du système digestif, les troubles du système nerveux, les troubles du système cardiovasculaire et les troubles des voies respiratoires.

En outre, les compléments alimentaires sont souvent utilisés pour prévenir certaines maladies graves comme les maladies cardiovasculaires ou le cancer ou d’une moindre gravité comme la grippe, le rhume ou autre maladies saisonnières.

Enfin, les compléments alimentaires ont pour objectif d’améliorer le bien-être et la beauté, comme c’est le cas des compléments qui aident à perdre du poids, à prendre des muscles, à renforcer les ongles, à allonger les cheveux ou à raffermir la peau.

 

Les risques d’arnaques

 

On sait actuellement que de nombreux consommateurs ne peuvent plus se passer de ces fameuses pilules. En effet, le commerce des compléments alimentaires ne cesse de connaitre une croissance exponentielle à deux chiffres depuis ces dernières décennies. Plus rien ne semble arrêter ce marché, pas même les produits farfelus et les poudres de perlimpinpins dénués d’efficacité voire même dangereux pour la santé que de nombreuses entreprises peu scrupuleuses écoulent sur le marché.

Les risques d’arnaques sont d’autant plus grands dans la mesure où la commercialisation des compléments alimentaires, contrairement à celles des médicaments, a longtemps été libre et dépourvu de réglementations. En effet, contrairement au médicament et au même titre qu’un aliment, les compléments alimentaires n’ont pas à démontrer leur efficacité avant leur mise sur le marché. Effectivement, pour pouvoir commercialiser un complément alimentaire, il suffit de faire une simple déclaration à la DGCCRF ou Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes.

 

Reconnaitre les arnaques

 

De nombreux compléments alimentaires présentent de fausses allégations fantaisistes, interdites, emplies d’affirmations gratuites et dénuées de logique empirique et scientifique. Les fabricants vantent souvent des mérites que leur produit n’a pas. On se rend compte le plus souvent que les composants actifs sont à des dosages inefficaces, voire dangereuses ou dépassant les limites autorisées et la plupart sont incapables d’induire l’action pour laquelle ils sont annoncés. Certains compléments alimentaires contiendraient même des substances toxiques, interdites de vente sur le marché.

Les produits les plus touchés par ce genre d’arnaque sont ceux qui sont les plus prisés actuellement notamment :

  • ceux qui sont dédiés à la perte de poids
  • ceux qui sont relatifs au sexe et à la libido
  • ceux qui ont traits à l’endurance, à la force et à la musculation

De par leur composition et leur processus de fabrication, ces soi-disant compléments alimentaires entreraient en réalité dans la catégorie des médicaments pharmaceutiques.

Pour les fabricants, les arnaques consistent d’une part à apposer l’étiquette « complément alimentaire » sur des produits commercialisés en tant que « plantes naturelles » et qui en réalité contiennent des stimulants chimiques de type amphétamine.

Les arnaques consistent également à indiquer sur l’étiquette des produits, une composition dont la majorité ne se retrouve pas dans le complément alimentaire, sinon en très faible quantité et souvent de mauvaise qualité.

Selon les résultats de certaines recherches effectuées en France par des groupes de recherches les deux tiers des stimulateurs de l’érection analysés contenaient du Viagra ou des molécules similaires, dont certaines n’ayant jamais obtenu leur autorisation de mise sur le marché. Pareillement, parmi les 20 échantillons de complément alimentaire vendus comme étant des produits naturels pour aider à perdre du poids, 8 contenaient de la sibutramine, un coupe-faim interdit en France, 5 autres contenaient un mélange de sibutramine et de phénolphtaléine, un laxatif réputé cancérogène et retiré du marché et 1 complément alimentaire contenait un extrait d’orange amère interdit en raison de ses effets secondaires sur le cœur.

La situation prévaut dans tous les pays, notamment aux Etats-Unis, où les autorités se sont aperçues que 4 produits sur 5 ne contenaient pas la moindre trace de plantes médicinales ou de nutriments comme indiqués sur leur étiquette. Dans la plupart des cas, les produits ne contenaient que de la poudre de riz et de légumes. Certains fabricant vont même jusqu’à affirmer sur l’étiquette l’absence d’un nutriment qui en réalité se trouve en grande quantité dans le produit. Pire encore, certains compléments alimentaires contenaient des toxines pouvant engendrer de graves problèmes de foie et de rein, potentiellement fatals.

Comment identifier les bons produits

 

On sait qu’actuellement, à des fins de protection des consommateurs, l’Agence Européenne encadre les allégations santé inscrites sur le packaging de ces compléments alimentaires avant leur mise sur le marché. Elle publie et met à jour un registre d’allégations autorisées, dites génériques, pour certaines substances avérées dans leur efficacité. Les fabricants peuvent ainsi utiliser ces allégations, comme toute allégation de santé, sous condition du respect d’une teneur minimale efficace ainsi que d’éventuelles recommandations d’usage. En dehors de ces cas déterminés, une allégation doit faire l’objet d’études spécifiques et d’une demande de validation auprès de l’Agence.

Le registre étant disponible dans le site de la Commission Européenne, le consommateur avertit aura ainsi l’occasion de vérifier les composants des compléments alimentaires qu’il s’apprête à acquérir.

Un bon complément alimentaire est un produit qui a fait l’objet d’une étude approfondie sur son efficacité. Nécessairement, ils doivent contenir les cofacteurs d’assimilation. En effet, certaines grandes molécules nécessitent la présence de vitamine C et de manganèse pour assurer leur assimilation et permettre à l’intestin de les fixer.

Les meilleurs produits sont aussi ceux qui indiquent clairement et précisément sur l’étiquette, le poids total, l’extrait de la plante et le principe actif, avec des valeurs en mg plutôt qu’en pourcentage.

On reconnait également un bon complément alimentaire grâce à son empaquetage. L’étiquette doit être lisible et doit comprendre les mentions obligatoires notamment, le nom et la teneur des catégories de nutriment et des substances du produit, le dosage journalier recommandé, un avertissement concernant le respect de la dose indiquée, une déclaration qui vise à combiner le complément avec une alimentation équilibrée et à éviter l’emploi du complément alimentaire comme substitut d’un régime alimentaire, un avertissement concernant les précautions d’emploi, notamment la tenue hors de portée des enfants, la prise pour les femmes enceintes ou allaitantes…

Caractéristique d’un mauvais complément alimentaire

 

On peut reconnaitre qu’un complément alimentaire est une arnaque :

  • lorsqu’il mentionne des allégations non autorisées. Pour cela, se référer au registre présenté dans le site de la Commission Européenne.
  • lorsque l’étiquetage est imprécis ou mal écrit : les produits avec la mention « Proprietary Blends » ou « Mélange maison » sont donc à exclure rapidement
  • lorsque la teneur ou la concentration du principe actif de la plante qu’il est censé contenir n’est pas mentionnée sur le packaging. Or, ce principe actif doit représenter au minimum la moitié du produit.

La présence de ces mauvais produits nuit considérablement à la réputation des véritables compléments alimentaires. Cependant, une remarque pertinente qu’il est nécessaire d’apporter est que l’apport d’un bon complément alimentaire, lorsqu’il est bien choisi et consommé à bonne dose durant un laps de temps déterminé, est toujours utile pour acquérir, recouvrir, améliorer, maintenir et conserver santé et bien-être.

Vous trouverez ici les critères essentiels pour choisir un complément alimentaire.

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera pas visible.Ce champ est obligatoire, merci.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Lost Password