Comment faire du sport quand on souffre d’asthme

asthme

Tu es asthmatique, souffreteux, si faible au moment des crises que ton entourage a peur que tu trépasses au moindre effort !

Et pourtant, tu as tellement entendu parler du sport, de ses bienfaits sur la santé, sur la forme physique et psychologique à travers ceux qui en pratiquent que tu te demandes si toi aussi, tu peux bénéficier de cette manne.

Et si oui, comment le pratiquer sans que cela n’aboutisse à une crise aigüe. Mais tout d’abord,  sais-tu ce qu’est l’asthme ?

L’asthme

asthme inhalerL’asthme est une maladie chronique des voies respiratoires supérieures. Il est caractérisé par une irritation des bronches due à leur inflammation.

Cette inflammation résulte de la réaction excessive de ces bronches à certains facteurs allergisants comme la poussière ou les pollens… à des facteurs émotionnels comme la peur ; ou à des facteurs hormonaux.

L’inflammation des bronches peut également être due à des infections respiratoires ou à cause de certains médicaments.

Prise en charge à temps et de manière adaptée, cette inflammation est réversible. Entre deux crises, le patient vit et respire normalement.

L’asthme se manifeste par des crises spectaculaires itératives qui pourraient survenir de jour comme de nuit. Durant cette période, le patient ressent une gêne respiratoire, de l’essoufflement, il fait des toux sèches et/ou des sifflements pendant sa respiration.

Le patient ressent une sensation d’oppression au niveau de son thorax. Pendant les fortes crises, le malade serait tellement faible que le moindre mouvement lui serait un calvaire.  Les crises peuvent durer  plusieurs jours.

Et quand la maladie se complique, on est en face d’un asthme aigu grave. Le malade a vraiment du mal à respirer à cause d’une éventuelle obstruction bronchique résultant d’une excessive production d’un épais mucus.

Quand les symptômes sont graves, on note l’apparition de sueurs,  une augmentation du rythme cardiaque, une difficulté à parler ou tousser, de l’anxiété, une teinte bleutée des doigts et des lèvres et des troubles de la conscience. Dans ce cas, rejoindre les urgences devient impératif.

Les exercices physiques, surtout en hiver, peuvent aussi engendrer une crise d’asthme. On a alors un asthme d’effort.

Un diagnostic de l’asthme d’effort serait facile établi par les médecins : le patient tousse et semble manquer d’air et ne plus pouvoir respirer. La toux dure quelques minutes et surgit quelques instants après l’effort en seraient les signes. Il peut se déclencher cinq à dix minutes après l’activité physique.

Tout cela, tu l’as vécu ! Et si je t’écris les bienfaits du sport dans ton état ?

Les bienfaits du sport sur l’appareil respiratoire

asthme-resumeExercer régulièrement le sport aurait des effets favorables sur notre santé et au bon fonctionnement de notre organisme.

En effet, il est dit qu’une activité physique impact positivement sur l’appareil respiratoire dans la mesure où il favorise le développement de la cage thoracique, améliore le flux d’oxygène dans les poumons ainsi que l’oxygénation des muscles qui travaillent pendant l’exercice.

Faire de l’exercice physique régulièrement est hautement conseillée aux patients présentant de l’insuffisance respiratoire comme toi, car l’entrainement améliore la disposition à l’effort.

En d’autres termes, si tu ne bouges pas, si tu restes inactif tu réduis tes capacités respiratoires. Et par conséquent, l’apparition de l’essoufflement survient et ta capacité à l’endurance, soit ton niveau de tolérance à l’effort, aussi est réduite.

D’une manière générale, pratiquer du sport te permet de veiller sur ton poids, de lutter contre l’ostéoporose et de conserver une bonne forme physique. L’exercice physique serait également un moyen de diminuer le stress, de lutter contre l’anxiété et les états dépressifs.

L’exercice physique te donne donc la possibilité d’acquérir un bien-être à la fois physique et psychologique. Ce qui fait dire  que le sport te serait un aide précieux pour le renforcement de ta confiance en toi et de l’estime de soi.

Sur les appareils respiratoire et circulatoire, le sport agit en reculant le vieillissement cardiaque tout en stabilisant la tension artérielle et en agissant pour un bon équilibre du cholestérol.

Il augmente le débit cardiaque, et paradoxalement, il permet de maintenir une fréquence cardiaque peu élevée au repos.

Comment pratiquer le sport quand on est asthmatique ?

reprise du sportTout d’abord, j’aimerais te dire que tout le monde n’est pas unanime quant à la pratique de sport par les asthmatiques comme toi.

Je te dis de suite qu’ils ont à moitié tort car tu ne pourrais pas pratiquer tous les sports qui te passent par la tête.

La plongée sous-marine par exemple figure parmi les sports qui t’es interdit parce que tu ne pourrais pas inhaler ton médicament bronchodilatateur sous l’eau ! Le kitesurf est moins dangereux !

Il faudrait que tu choisisses le sport qui soit adapté à ton cas. Il est également important d’ajuster l’intensité de l’effort au degré de sévérité de ton asthme et de préférer un sport qui ne provoque pas ou peu de gêne respiratoire.

Tous les asthmatiques peuvent faire des activités physiques, sauf ceux qui sont atteints d’une gêne sévère. Parmi les disciplines que tu peux choisir et même exceller, on note la natation, le cyclisme, la randonnée.

Tu peux également essayer les sports d’endurance qui font diminuer l’essoufflement tels que la danse, la voile, le tennis, et même le ski de fond.

Quand tu vas pratiquer le sport que tu as choisi, que tu aimes, certaines précautions te sont  nécessaires :

1 : Tout d’abord, tu dois te rappeler que le temps froid et sec ne te convient pas, ni pour ceux qui présentent des ennuis respiratoires.

Si tu tiens quand même à faire ton jogging, il faudrait protéger ton visage, surtout ton nez et ta bouche, par un foulard par exemple, pour humidifier et réchauffer l’air que tu respires.

2 : Si un endroit pullule de pollen ou on te dit qu’il y a beaucoup de grippés, cet endroit n’est pas pour toi  a fortiori pour pratiquer  ton sport.

3 : De même, pour éviter toute possibilité de crise d’asthme en pleine pratique, tu dois impérativement prendre correctement ton traitement et tu dois avoir toujours sur toi ton traitement d’urgence (inhalateur).

Il est évident que tu consultes ton médecin traitant avant pour avoir son avis, voire son accord, car il est le plus apte à t’aider à prendre la décision vu qu’il connait mieux ton cas.

4 : Par la suite, il se pourrait que ton médecin te conseille de prendre un médicament bronchodilatateur 10 à 15 minutes avant l’effort.

5 : Je ne te le dirais jamais assez: tu dois toujours avoir sur toi, dans ta poche, facile à accéder, un bronchodilatateur à inhaler si tu sens une gêne respiratoire et tu ne devrais pas attendre pour l’utiliser en cas de gêne respiratoire.

6 : Prendre le temps de s’échauffer graduellement aiderait ton corps et ta respiration à s’adapter progressivement à l’effort.

Tu privilégierais la respiration par le nez au départ. Il en est de même quand tu arrêtes, tu devrais le faire progressivement car un arrêt brusque n’est pas l’idéal pour toi, tu devrais bien contrôler ta respiration

7 : Tu devrais respecter ton rythme et ne pas chercher à aller au-delà de tes limites. Tu devrais, en effet, adapter tes prouesses à ton état respiratoire.

8 : Boire avant, pendant et après l’effort est obligatoire pour compenser l’eau que tu as perdue et pour éviter la déshydratation qui pourrait être source de crise.

Selon la littérature médicale sportive,  l’eau qu’on doit ingurgiter serait entre un quart et un demi litre d’eau avant l’effort ; et pendant l’effort, tu devrais boire un quart de litre toutes les demi-heures ou une gorgée toutes les dix minutes.

9 : Il est évident que tu choisis des tenues adaptées au temps qu’il fait.

Les efforts que tu devrais privilégier seraient les efforts qualifiés de dynamique du genre endurance. Tu pourrais choisir des efforts qui peuvent favoriser l’équilibre et la coordination.

Tu peux aussi penser aux efforts à petite charge musculaire pour entretenir ta puissance ; mais tu devrais oublier les efforts statiques en poussée, comme l’haltérophilie par exemple.

Conclusion

Pour terminer, je te dirais que le sport est un atout formidable pour t’aider à mieux vivre ton asthme. En effet, il contribue à améliorer la qualité de ta respiration.

Donc si tu pratiques du sport, cela va retarder les crises. Mais avant d’en pratiquer, tu devrais prendre certaines précautions, comme bien choisir tes exercices physiques.

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera pas visible.Ce champ est obligatoire, merci.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Lost Password