Mandragore

Mandragore

La plante des comtes

La Mandragore ou Mandragora officinarum, de la famille des solanacées, a une racine très caractéristique, anthropomorphe, rappelant étrangement la silhouette d’un homme, d’où ses appellations d’homonculus et d’anthropomorphon.

Celle-ci peut atteindre une dimension comprise entre 60 à 80 cm et peser plusieurs kilos. Elle est brune à l’extérieure et blanche à l’intérieure. Pratiquement dépourvue de tige, la partie aérienne de la Mandragore est facile à identifier : haute d’une trentaine de centimètre, elle a de grandes feuilles molles, ovales, pétiolées, plaquées au sol et des fleurs blanc-verdâtre ou violet pâle.

A la maturité, elle donne naissance à des baies jaunes ou rouges, semblables à une cerise. Elle dégage une odeur très forte, nauséabonde, assez particulière que certains assimileraient à l’odeur de l’ananas.

acheter mandragore

Histoire et origine

Originaire de Syrie, la Mandragore pousse surtout le long du bassin méditerranéen, notamment en Algérie, en Israël, au Maroc, en Espagne, en Italie, en Grèce, au Portugal, en Jordanie, au Liban, en Turquie, au Chypre.

Depuis l’antiquité, jusqu’à ce jour, la Mandragore a fasciné les esprits, et d’innombrables légendes se sont formées autour de cette plante et de ses prétendus pouvoirs « magiques ». Et même la récolte de cette plante était sujette à des rituels de toutes sortes.

Déjà au temps des pharaons d’Egypte, elle a été inscrite parmi les nombreuses plantes médicinales dans le Papyrus d’Ebbers. La Mandragore ou Dudhaim est également mentionnée dans l’Ancien Testament, comme étant à l’origine de la fécondité de Rachel et Jacob, ancêtre des douze tribus d’Israël.

Décrite par les plus grands précurseurs de la médecine moderne comme Hippocrate, Dioscoride, Théophraste, Pline l’Ancien ou Apulée, comme étant une plante médicinale très puissante, la Mandragore est actuellement une plante rare, entourée de mystère et qu’on a peur d’utiliser à cause de sa réputation de plante toxique.

Elle fut prescrite depuis la nuit des temps pour lutter contre l’insomnie, la dépression et la mélancolie. Hippocrate, plusieurs siècles avant Jésus-Christ avait préconisé l’usage par voie interne de la Mandragore macérée dans de l’alcool (ou alcoolat) comme antispasmodique, sédatif et antidépresseur. Il l’utilisait aussi pour soigner le tétanos et la fièvre. En usage externe, il s’en servait pour les injections vaginales et le traitement des hémorroïdes.

Plus tard, Théophraste vantait les mérites de la Mandragore pour traiter les maladies de la peau et la goutte. Il évoquait également son efficacité dans la cicatrisation des plaies et blessures.

La Mandragore était aussi utilisée pour traiter les ulcères, l’empoisonnement du à la morsure de serpent et bien d’autres encore. Les Hébreux et les Chaldéens l’utilisaient en outre comme poison. En outre, on lui attribuait le pouvoir de faire naître l’amour, de multiplier l’argent mais également de guérir la stérilité.

Les sorcières du Moyen-âge se servaient aussi de la Mandragore pour ressentir les hallucinations, avoir des visions et entrer en transe. Cette plante était aussi utilisée par les guérisseuses pour faciliter les accouchements.

Au XVe siècle, la Mandragore était employée comme anesthésie par Ambroise Paré. Les malades inhalaient une éponge imprégnée d’huile de Mandragore avant une opération chirurgicale.

La plante peut être utilisée en entier. Le suc est extraite de la tige, des feuilles ou du fruit, la racine est découpée en rondelles et présentée sous forme d’alcoolat dans du vin de miel, tandis que les fruits sont séchés et consommés tels quel.

Actuellement, tout en étant très difficile à trouver, la Mandragore n’est cependant pas interdite de vente en France.

Composition

La Mandragore contient principalement des alcaloïdes dont les principaux sont l’atropine, la scopolamine et l’hyoscyamine.

Propriétés

Tout comme la très célèbre Belladone, la mandragore peut être très toxique à trop forte dose. Elle entraine des effets hallucinogènes remarquables. Par contre, elle est efficace par voie externe car ses alcaloïdes peuvent traverser la peau et passer directement dans la circulation sanguine. En cataplasme, elle est donc un antispasmodique et anti-inflammatoire.

Consommés, l’atropine, la scopolamine et surtout l’hyosciamine confèrent à la Mandragore des propriétés hypnotiques et hallucinogènes pouvant entraîner une mydriase et des hallucinations suivies d’une narcose.

  • Analgésique

La Mandragore est un puissant analgésique. Elle était traditionnellement utilisée pour traiter les douleurs dues aux ulcères, ou des suites d’une opération chirurgicale. Elle est ainsi très efficace pour prévenir et diminuer la sensation de douleur, notamment avant et pendant la chirurgie.

  • Hallucinogène

La Mandragore est classée parmi les hallucinogènes de types délirants, anti-cholinergique, avec des effets s’apparentant au somnambulisme. En effet, l’atropine, la scopolamine et l’hyoscyamine vont réduire ou bloquer le rôle de l’acétylcholine qui est un médiateur entre le système nerveux central et le système nerveux périphérique. La Mandragore est ainsi utile dans le traitement de fond de l’asthme aigu et des bronchites chroniques obstructives.

  • Narcotique

La consommation de la Mandragore entraine chez le sujet un état de somnolence aigue et un engourdissement de la sensibilité. Cette sensation est utile, notamment pour toute personne souffrant d’insomnie ou de trouble du sommeil.

  • Sédative

La Mandragore a une action dépressive sur le système nerveux central, entrainant un apaisement et une réduction de l’anxiété, un ralentissement de la respiration,  une diminution des réflexes et une somnolence. La Mandragore est ainsi très utile pour calmer et apaiser les patients en phase préopératoire. Elle peut également être préconisée chez les sujets agités, anxieux.

  • Hypnotique

La Mandragore est une plante qui a un effet hypnotique. Elle est de ce fait destinée à toute personne qui souffre de difficultés d’endormissement, de sommeils agités ou de réveils précoces.

  • Aphrodisiaque

La mandragore est réputée pour ses vertus aphrodisiaques. Il semblerait qu’elle aurait tendance à stimuler le désir sexuel.

Les propriétés de la Mandragore proviennent de leurs composants essentiels que sont l’hyoscyamine, la scopolamine et l’atropine. Quelles sont au juste leurs actions réelles sur l’organisme ? On sait que ces 3 substances sont anti-cholinergiques. Ainsi, en se liant aux récepteurs muscariniques de l’acétylcholine dans le système nerveux central et périphérique, elles empêchent l’action du neurotransmetteur.

L’hyoscyamine provoque le ralentissement du métabolisme, le ralentissement du transit intestinal et la dilatation des pupilles ou mydriase. Ainsi, la Mandragore qui en contient une quantité appréciable d’hyoscyamine peut être utilisé pour soulager les différents symptômes de divers troubles gastro-intestinaux, notamment les spasmes, les ulcères gastroduodénaux, la pancréatite, le syndrome du côlon irritable, la cystite et les coliques.

L’hyoscyamine peut également aider à soulager certains problèmes cardiaques, à contrôler certains des symptômes de la maladie de Parkinson, ainsi qu’à contrôler les sécrétions respiratoires en soins de fin de vie.

A faible dose, l’atropine provoque une bradycardie où un abaissement considérable du rythme cardiaque.

A dose thérapeutique, l’atropine entraine des troubles visuels, une diminution des secrétions, notamment la salive et la sueur, une dilatation des pupilles, une accélération du rythme cardiaque et un relâchement musculaire. Tandis qu’à très forte dose, elle a des effets stimulants, elle peut entrainer délire et surexcitation et peut même provoquer la paralysie.

La scopolamine, que l’on a utilisée comme sérum de vérité avant la découverte des barbituriques, a des effets narcotiques. Elle provoque des rêves érotiques, de l’amnésie, des pertes de consciences et des hallucinations entraînant un sommeil profond. Elle est active à quelques microgrammes et à forte dose, cette substance peut entraîner la mort. Elle est utilisée actuellement pour lutter contre la maladie de Parkinson. Cette substance est en outre efficace dans le traitement des symptômes liés à certaines douleurs gynécologiques et digestives, mais également dans la prévention du mal des transports.

Bienfaits

La Mandragore est particulièrement intéressante dans la mesure où elle élimine tout ce qui est étranger et dangereux pour le corps et l’esprit, notamment, les cellules anormales, les venins de serpents, les inflammations mais également les pensées négatives, la dépression, l’anxiété et l’angoisse.

Puissant antidouleur, la Mandragore favorise également une cicatrisation rapide. Elle est aussi très efficace pour calmer les douleurs et traiter l’insomnie. Pline l’Ancien l’avait ainsi utilisée pendant les chirurgies et autre opérations, afin de mettre le patient dans un état de coma léthargique profond.

L’atropine de la mandragore, entre autre, est utilisée aujourd’hui pour combattre les coliques néphrétiques et hépatiques et la scopolamine de cette plante peut servir pour soulager les nausées dues au mal des transports. La scopolamine associée à la morphine est également utile pour diminuer les douleurs de l’accouchement.

  • Soigne les inflammations oculaires et les plaies

Selon Pline l’Ancien, la Mandragore est tout aussi efficace pour calmer les douleurs oculaires. Elle favorise également la cicatrisation rapide des plaies.

  • Anti-tumorale

Les feuilles et l’écorce du rhizome de la Mandragore en usage extérieur passent pour émollientes et stupéfiantes.  Elles sont préconisées pour aider à traiter les tumeurs dures et skirrheuses, mais également pour soulager la douleur des tumeurs inflammatoires, surtout de l’érésipèle.

  • Remède à l’infertilité

La Mandragore, plus particulièrement la baie de mandragore est réputée pour être un puissant aphrodisiaque. Selon les croyances, cette « pomme d’amour » favoriserait la fertilité. Elle convient également pour évacuer le phlegme et la bile, faire venir les menstruations.

Effets secondaires, contre-indications

Même à petite dose, la Mandragore peut entraîner des palpitations cardiaques, des hallucinations, des paranoïas, de la folie. A trop forte dose, celle-ci peut même provoquer la mort.

Dosage, posologie

Bien que certaines personnes averties consomment la Mandragore, actuellement, son usage est essentiellement en externe, plus particulièrement  en cataplasme pour soulager le rhumatisme, l’arthrite et les spasmes dus aux hémorroïdes et entérocolites. Aucun dosage standard n’est fixé pour son usage. Toutefois, certaines indications peuvent être apportées. Bien entendu avant d’ingérer ce genre de plante il faut en référer à son médecin généraliste.

En usage externe, une feuille de Mandragore suffira pour soulager les douleurs. On fera tiédir la feuille après l’avoir broyée. Le résultat sera enveloppé dans 2 gaz pour ensuite être posé en cataplasme pendant 15mn à 25mn sur la partie douloureuse. Répéter l’opération 4 jours successifs, et ne reprendre qu’au bout de 3 jours.

En usage interne, la teinture de Mandragore est efficace pour traiter les troubles digestifs, mais également pour éviter les vomissements, les douleurs musculaires comme les crampes, les courbatures et le rhumatisme.

Conduite à tenir en cas de surdosage

Le surdosage de la Mandragore peut entraîner la mort. La personne doit donc sans attendre être accompagnée aux urgences. Toutefois, dans l’urgence, un protocole a été établi : mélanger 5 gouttes d’huile essentielle de Cannelle, de Thym, de Girofle, d’Origan et de Curcuma, de Poivre vert ou de Gingembre avec une grande quantité de Propolis, 2000mg d’Acérola, 50g de charbon végétal activé, une grande quantité de Desmodium. Il est donc vivement conseillé aux personnes qui ont recours à la Mandragore de stocker ses produits sus-cités.

Où acheter de la mandragore

La Mandragore est une plante en voie de disparition. Les graines sont disponibles sur internet, à condition de bien choisir le fournisseur afin d’obtenir un produit de qualité.

Associations

La Mandragore peut avoir une très bonne synergie avec de nombreuses plantes. Toutefois, dans la mesure où cette plante est vireuse, il est plus judicieux de faire appel à un connaisseur, un naturiste ou un herboriste avant d’entamer une cure mélangeant différentes plantes médicinales. Les meilleures synergies connues à l’heure actuelle seront données à titre indicatif.

Ainsi, associée avec la Rhodiola, le Griffonia Simplicifolia et le Millepertuis aide à lutter contre le stress, le manque de motivation et la dépression profonde.

Combinée avec le Tribulus, la Maca, la Mandragore est un puissant aphrodisiaque, excellent pour stimuler la libido. Cette formule est éminemment énergisante et revitalisante.

Associée avec le Cannabis, la Mandragore constitue un antidouleur puissant et efficace, ainsi qu’un anesthésiant favorable pour lutter contre l’insomnie. Consommés ensemble, ils forment un excellent antidépresseur.

Pour soulager les douleurs articulaires et musculaires aigues et chroniques, la Mandragore peut être associée à l’Harpagophytum. Anti-inflammatoires très efficaces, ces deux compléments peuvent alléger la tendinite et autre douleurs.

En plus d’être un anti-inflammatoire majeur, l’association de la Mandragore avec le Gingembre, le Curcuma et le Poivre noir est également efficace en traitement de tout problème digestif mais aussi en prévention des cancers.

Pour les sportifs en quête d’endurance, de force et de vitalité, la Mandragore peut être associée avec le Ginseng et la gelée Royale.

Lost Password